Archive mensuelle décembre 2017

ParAurélie

Quelle litière pour son lapin ?

Quelle litière choisir pour son lapin ? Quelles litières sont plus efficaces, absorbantes, moins odorante, non allergisantes et non toxiques ? Le choix de la litière est primordial non seulement pour l’apprentissage de la propreté de votre lapin mais également pour sa santé.

Pour favoriser l’apprentissage de la propreté de votre lapin (voir apprendre la propreté à son lapin), la litière doit être mise dans un bac dédié séparé du reste et non dans l’ensemble de son espace.

Le choix de la litière

copeaux de boisLa litière la plus souvent utilisée est celle en copeaux de bois. C’est économique mais pas du tout adapté aux lapin. Même si elle est naturelle, elle peut être toxique car, étant faite à base de bois de résineux, elle libère des phénols (une substance toxique pour les lapins) au contact avec l’urine. Elle est également allergène car très poussiéreuses et volatile. De plus, le lapin a tendance à en met partout quand il sort de sa litière car ça s’accroche à ses poils, surtout s’il les a longs. Une litière à éviter totalement.

 

rafles de maïsLes litières végétales en rafles de maïs (ça ressemble à des petites boules compactes) sont plus pratiques et moins salissantes. Étant plus lourdes que les copeaux, elles restent dans le bac à litière et elles évitent au lapin d’en mettre partout. Par contre, ce n’est pas très absorbant et ça demande donc un nettoyage plus fréquent. Associée à une litière plus absorbante, elle peut faire une très bonne couche secondaire. Si vous choisissez cette option, faites attention à ne pas prendre de litière parfumée qui peut être allergisante ou toxique pour le lapin. De même, soyez vigilant, si votre lapin a tendance à grignoter les rafles de maïs, changez de type de litière.

La litière de chanvre est souvent appréciée car elle est naturelle et peu volatile. Pour ma part, je la trouve peu absorbante et très rapidement malodorante, il faut en utiliser une grande quantité pour qu’elle soit un minimum efficace quand elle est utilisée seule. Par contre, associée à une litière plus absorbante, elle peut faire une très bonne couche secondaire.

Les litières en granulés de bois compressés, ou pellets, sont, quant à elles, peu coûteuses et très absorbantes. Une petite quantité de pellets au fond du bac suffit à absorber toute l’urine pendant un bon moment. Les granulés vont gonfler pour tout absorber. C’est donc une option économique, pratique et facile à nettoyer. L’inconvénient c’est qu’ils sont souvent composés de bois de résineux et, tout comme les copeaux de bois, il sont susceptibles de contenir des substances toxiques pour le lapin (phénols). Par contre, contrairement à ces derniers, les pellets subiraient un traitement lors de leur fabrication qui éliminerait tout ou parti des phénols présents, notamment par un traitement à haute température. Malheureusement, rien de tout ça n’est indiqué sur les paquets et nous ne pouvons être sûrs à 100% que les pellets ne contiennent pas de phénols. Dans le doute, cette litière ne doit donc être utilisée que pour des lapins vivant en liberté totale ou dans un espace suffisamment grand pour qu’ils ne puissent pas respirer en permanence les potentielles émanations de la litière.

Les litières à chats sont à proscrire car dangereuses si le lapin en mange.

Il existe de nombreux autres types de litière que je n’ai pas encore testée telles que les litières de lin, de paille compressée, etc… A vous de tester et de voir ce qui vous convient le mieux.

Afin d’éviter toutes maladies, infections, irritations et d’offrir un cadre de vie hygiénique à votre lapin, il est nécessaire de changer la litière régulièrement. La fréquence dépendra bien sûr de la taille de votre lapin et du nombre de lapins que vous avez. Un changement une fois par semaine pour un petit lapin peu suffire mais pour deux gros lapins, un changement tous les 1 ou 2 jours peut être nécessaire. D’une manière générale, si la litière sent mauvais, c’est que vous avez déjà trop attendu pour la changer.

Le choix du bac à litière

Optez pour un bac à litière adapté à la taille, à la condition physique et au nombre de lapins que vous avez. Le lapin doit pouvoir avoir la place d’entrer entièrement dans le bac et de pouvoir s’y retourner sans soucis. Si vous avez plusieurs lapins, optez pour un bac assez spacieux pour au moins deux lapins ou bien disposez plusieurs bacs dans leur espace. Si votre lapin est particulièrement petit, vieux ou handicapé, optez pour un bac très bas ou bien avec une ouverture sur un des côtés pour leur facilité l’accès à la litière. Si au contraire vous avez un lapin jeune et vif qui aime gratter dans sa litière, privilégiez un bac haut avec des rebords. Évitez les litières complètement fermées (type litières à chat) pour assurer une bonne ventilation.

Mon lapin gratte dans sa litière

Gratter est un comportement naturel et instinctif chez le lapin. Dans la nature ils passent beaucoup de temps à gratter la terre pour y creuser des terriers. Gratter la terre leur permet également de limer leurs griffes. Quand on sait cela, ça nous paraît moins bizarre de voir comment certains lapins s’acharnent à gratter dans leur litière et à en mettre partout. Quand il s’agit d’aller à l’encontre d’un comportement instinctif, c’est toujours compliqué et la meilleure solution serait de procurer au lapin un moyen d’assouvir ses besoins instinctifs. Dans ce cas précis, l’idéal serait de sortir régulièrement son lapin en extérieur où il pourra gratter la terre. Une autre alternative, si vous avez un balcon ou une terrasse, serait de lui mettre à disposition un bac de terre où il pourra gratter à volonté.

En parallèle, adaptez la litière de votre lapin pour éviter que votre lapin s’acharne dessus. Cela peut consister à changer de type de litière, à ajouter un couvercle à rebords au bac afin d’éviter que la litière ne soit éjectée à l’extérieur, voir même d’ajouter un tapis de plastique ajouré (type tapis d’évier) par dessus la litière. Cette dernière solution est particulièrement efficace pour décourager le lapin et n’empêche en rien le bon fonctionnement de la litière.

ParAurélie

Encéphalitozoonose, le cas de Filou

L’encéphalitozoonose (ou E.cuniculi) est due à un parasite qui s’installe dans le cerveau. Beaucoup de lapins en sont porteur mais la maladie ne se déclenche que lorsque le lapin est faible. Apparaissent alors des troubles cérébraux tels que des pertes d’équilibre, un torticolis (tête penchée), paralysie des membres postérieurs, soif excessive, incontinence, nystagmus (mouvement d’oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire), perte d’appétit… Si elle n’est pas traitée à temps, cette maladie peut être mortelle. Un traitement anti-parasitaire au Panacur est long (minimum un mois) mais efficace. Filou a survécu de justesse à cette maladie qui a été diagnostiquée tardivement et qui l’a beaucoup affaibli au point qu’il perde 1/4 de son poids, qu’il cesse de boire et de s’alimenter. Voici le cas de Filou en détail.

Juillet 2013

Tout à commencé en 2013 alors que Filou avait 9 ans. Malgré cet âge avancé rien ne laissait présumer qu’il se faisait vieux avant cet été 2013. Il gambadait, courait, sautait, faisait encore des bêtises autant que lors de sa jeunesse et il nous faisait toujours courir le soir sur la terrasse pour le rentrer à la maison jusqu’à un jour de juillet où il s’est blessé à l’œil. Il s’est fait un mauvais ulcère à la corné et s’en est suivi de nombreuses consultations chez un vétérinaire ophtalmo, une opération et 2 semaines de collerette.

Août 2013

Après un mois, son œil était presque guérit et nous étions soulagés mais il a alors commencé à avoir des symptômes inquiétants. Il était toujours fatigué, avait perdu beaucoup de sa vivacité, il tournait en rond et se cognait dans des obstacles. On pensait alors qu’il avait perdu la vision de son œil et que s’était normal mais ensuite il a commencé à avoir la tête qui penche en avant. Lorsqu’on le portait, sa tête penchait en avant et ça lui déclenchait une sorte de crise où il se mettait en boule comme un hérisson. Il a d’abord fait ça occasionnellement, puis de plus en plus souvent. J’ai d’abord été voir un vétérinaire généraliste le plus proche de chez moi, celui que je vais voir pour les petits bobos. Celui-ci a été très pessimiste en voyant son torticolis et en déduisit une otite, m’a dit qu’il fallait agir vite, lui faire une piqure (je ne me rappelle plus de quoi) mais que celle-ci avait peut de chance de fonctionner et qu’elle pouvait même lui être fatal. Mais de toute façon, me disait-il tendit qu’il préparait le produit, il n’y a rien d’autre à faire. Alors là je me mets à paniquer, je lui dit que je préfère attendre et avoir l’avis d’un vétérinaire spécialisé NAC. Et j’ai bien fait car mon véto NAC a tout de suite écarté l’hypothèse de l’otite et a diagnostiqué un syndrome vestibulaire, il pensait plutôt à un problème cérébral et a mit Filou sous Candilat, un oxygénateur de cérébral.

Septembre 2013

Au bout d’une semaine, son état s’est empiré, il avait alors des difficultés à marcher, tombait tout seul et avait perdu du poids. Le véto NAC étant alors en congé, j’ai été obligée de consulter encore un autre vétérinaire (je n’ai plus vraiment confiance dans le 1er), non spécialisé. Il pensait qu’il s’agissait d’un AVC lié à l’anesthésie qu’il a subit pour son opération de l’œil et il lui a prescrit des corticoïdes et des vitamines en plus du Candilat en me disant que si ça ne marche pas, il n’y aura plus grand choses à faire. Je ne croyais pas trop en ce diagnostique, s’il avait fait un AVC j’imagine que les symptômes seraient apparus d’un coup et tout de suite après l’opération, pas progressivement. Il y a bien eu 3 semaines/1 mois entre l’anesthésie et les 1ers symptômes vestibulaires puis à nouveau 3 semaines / 1 mois entre son état actuel. Ayant moi même fait des recherches sur internet, je lui parle de l’encéphalitozoonose car les symptômes me semblaient correspondre. Cet incompétent m’a alors limite rit au nez en me disant que ce n’était pas possible que ce soit ça sans même avoir fait d’analyses. Je ne sais même pas s’il savait ce que c’était. Je me suis donc contentée d’administrer sagement le traitement à Filou pendant une semaine sans conviction.

Mi Septembre, nous étions à la fin du traitement et toujours pas d’amélioration. Malgré ça, Filou continuait à manger et à boire mais je ne savais plus quoi faire. Je suis retournée voir le vétérinaire NAC à son retours de congé. Il a trouvé Filou très déshydraté et lui a fait 4 piqûres pour le réhydrater un peu. Étant donné que le traitement n’avait pas été efficace, il ne croyait plus à la thèse de l’AVC et penchait plutôt, lui aussi, pour une encéphalitozoonose. Il a essayé de lui faire une prise de sang pour faire des analyses mais sans succès, les veines étaient trop petites. Du coup, le diagnostique n’était toujours pas certain mais nous avons tout de même changé de traitement et nous verrions bien si le Panacur serait plus efficace. Il n’y avait, de toutes façons, plus grand chose d’autre à essayer.

La thèse de l’encéphalitozoonose me paraissait plus probable que l’AVC. Beaucoup de lapins sont porteur et la maladie se déclenche lorsque le lapin est vieux ou affaiblie. Et c’était le cas de Filou qui venait de subir une opération et un traitement pour son œil. Peut-être était il porteur depuis longtemps… J’étais plus confiente dans le traiement et ça m’ennuyait même qu’on ne l’ait pas commencé plus tôt car la maladie avait déjà bien avancé et peut être ne s’en remettrait-il pas complètement.

Les premiers jours de traitement au Panacur, l’état de Filou n’a pas beaucoup évolué. Il se mettait toujours en boule, tournait en rond et tombait régulièrement. Il n’avait pas la tête penchée sur le côté, par contre elle penchait en avant. Ce n’était pas en permanence. Par moment, elle se mettait à pencher en avant tellement qu’il avait le haut de la tête à plat contre le sol et il restait comme ça un moment avant de reprendre ses esprits et de se redresser. Mais il avait encore de l’appétit, il mangeait deux bonnes gamelles de verdure par jour et j’avais l’impression qu’il recommençait à manger ses croquettes. Par contre, il ne buvait plus par lui même et nous étions obligés de lui donner à boire à la pipette plusieurs fois par jour. Je rentrais même le midi du travail pour lui donner à boire.

Fin Septembre, l’état de Filou a commencé à s’améliorer doucement. Il se tenait mieux, il tombait moins souvent et était plus stable sur ses pattes. Il tenait la tête bien droite et haute quand il était bien éveillé. Malgré tout, il manquait toujours de vivacité, continuait a se mettre en boule, mangeait de moins en moins et ne buvait toujours pas seul. Il avait encore perdu du poids et était descendu à 565g (son poids normal étant 700g). A ce stade là j’ai vraiment eu peur pour sa vie. Je n’en dormais pas la nuit de peur qu’il ne meure seul dans son enclos et de le retrouver sans vie le landemain. Je restais tard dans la nuit avec lui dans le salon. Je me suis alors décidée à commencer le gavage pour le forcer à manger. Je lui donnais à la pipette de la poudre diluée dans de l’eau mais il n’était pas très coopératif. Heureusement au bout de quelques jours, l’état de Filou s’est nettement amélioré et il a commencé à remonter la pente. Il ne tombait plus, était plus vif et surtout, il buvait à nouveau seul ! Il avait encore un petit appétit mais le pire était passé. Je retrouvais mon petit lapin et son petit caractère : il m’attaquait à nouveau quand je l’embêtais dans sa maison, c’était bon signe 🙂 Le traitement était efficace, un vrai soulagement !

Octobre 2013

Une semaine avant la fin de son traitement, Filou était redevenu quasi-normal. Il n’avait plus aucun symptôme cérébral, il avait retrouvé sa vivacité et son appétit. Il reprenait du poids petit à petit. Un vrai soulagement car nous avions bien cru à un moment donné que c’était la fin. C’est un battant mon petit lapin!

A la fin du traitement, j’ai amené Filou chez le vétérinaire pour un contrôle, il n’en revenait pas que Filou s’en soit si bien remis ! Par contre il m’a dit de continuer à le surveiller car c’était possible que ça revienne, et, malheureusement, ça n’a pas manqué…

Avril 2014 – La rechute

J’ai emmené Filou chez le vétérinaire pour son vaccin annuel et un contrôle de routine. Le vétérinaire a alors contrôlé ses dents et ses molaires avaient besoin d’un limage sous anesthésie. J’avais très peur de cette anesthésie car la dernière fois c’est ça qui avait déclenché la maladie. Le véto m’a assuré qu’il n’y avait aucun risque car l’anesthésie au gaz serait légère… Malgré tout, comme je le craignais, deux semaines plus tard les symptômes sont revenus petit à petit : manque d’énergie, tête qui penche en avant, perte d’équilibre, perte de poids, soif excessive, s’étouffe en buvant… Les même symptômes que 6 mois plus tôt. L’avantage, c’est que cette fois je connaissais le diagnostique et je savais quoi faire. L’état de la maladie était moins avancé que la dernière fois lorsque j’avais commencé le traitement, j’espérais donc que ça se soignerait plus vite et surtout que ce serait moins grave, qu’il aurait moins de séquelles en commençant le traitement tout de suite. Mais pas de chance, c’est encore tombé quand mon vétérinaire NAC était en congé et j’ai dû prendre la décision de commencer le traitement sans son aval. A son retours, le vétérinaire nous a redonné du Panacur liquide pour 21 jours de traitement mais une semaine plus tard il n’y avait toujours pas d’évolution notable…

Mai 2014

Toujours pas d’amélioration pour Filou alors qu’on arrivait à la fin du traitement, ça empirait même, je commençais à vraiment m’inquiéter.Filou ne buvait plus tout seul, je lui donnais à la pipette avec toujours la peur qu’il se déshydrate. Il mangeait quand même beaucoup de verdure, j’espérais que ça compense un peu. Je ne comprenais pas pourquoi le traitement n’était pas efficace alors que la dernière fois l’amélioration avait été très rapide. J’ai alors remarqué que la dose prescrite n’était pas la même que la dernière fois, elle était plus faible alors qu’il avait repris du poids entre temps. J’ai donc décidé, avec l’accord du vétérinaire, d’augmenter la dose et de prolonger le traitement. Dès lors, il a commencé à aller mieux et au bout de quelques semaines, les symptômes avaient disparus.

Conclusion

Celà se finit bien, pour le moment du moins car Filou n’est pas à l’abri d’une rechute. Le vétérinaire m’a dit que le parasite ne pourra pas être totalement exterminé, qu’il restera comme endormi et que Filou risque de faire des rechutes chaque fois qu’il aura un coup de faiblesse ou une anesthésie. Ce qui risque d’arriver de plus en plus souvent étant donné son âge et son besoin régulier de se faire limer les dents. De plus, il se peut que le parasite soit de plus en plus résistant au traitement à chaque rechute, ce qui expliquerait pourquoi le traitement a été moins efficace la deuxième fois. Désormais, lorsqu’une anésthésie est nécéssaire, je lui administre une semaine de traitement post-anesthésie en prévention d’une évetuelle rechute. Filou ne s’en sort malgré tout pas totalement indemne, suite à l’ulcère et à l’encéphalitozoonose, il a très rapidement dévelloppé une cataracte le rendant quasiment aveugle. Il ne distingue désormais que les changements de luminosité. Nous devons maintenant nous adapter à son nouvel handicap (voir s’occuper d’un lapin aveugle).

J’espère que ce témoignage aidera d’autres lapins. Malgré tout, je vous conseille de ne pas faire d’auto diagnostique et de toujours consulter un vétérinaire spécialisé avant tout traitement car chaque cas est unique. Les vétérinaires non spécialisés connaissent rarement cette maladie c’est pourquoi je vous conseille de vous tourner principalement ves des vétérinaires NAC pour des cas graves comme celui-ci. Si vous n’avez pas confiance en un vétérinaire ou si vous doutez de son appréciation, n’hésitez pas à en consulter d’autres, il vaut toujours mieux avoir plusieurs avis.

En résumé

Voici les traitements éffectués sur Filou qui lui ont permit de venir à bout de cette maladie par deux fois :

  • Un traitement au Panacur pendant minimum 1 mois
  • Une hydratation forcée à la pipette tout au long de la journée
  • Une aide à l’alimentation avec gavage
  • Infusion de racines de pissenlit pour aider les reins
  • Beaucoup de verdure
  • Beaucoup de patiente, de câlins, de mots doux, de présence
  • Ne jamais baisser les bras pour que lui n’abandonne pas

Je crois réellement que ce qui a fait la différence dans le cas de Filou c’est toute l’attention que nous lui portions. Bien sûr, c’est le traitement qui a été efficace mais le bon traitement a été trouvé tardivement alors que Filou était très affaibli. Il commençait à ne plus se battre contre la maladie, il avait arrêté de boire et de manger, il avait perdu un quart de son poids. Si nous n’avions pas été derrière lui tous les jours à lui donner de l’amour en plus du traitement, à l’inciter à boire et à manger, il se serait laissé partir bien avant que le traitement ne fasse effet.

Liens utiles

Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez mon échange de l’époque sur le très bon forum des amis de Canaille qui m’a été d’une grande aide.

La lecture de ces deux articles m’ont également aidé à comprendre ce qu’avait Filou et à reconnaitre les symptômes :

ParAurélie

Fruits et légumes toxiques

Voici une liste des principales plantes, fruits et légumes toxiques, non toxiques et tolérées. Il faut savoir qu’un lapin qui mange une plante toxique peut être gravement malade et décéder dans les heures qui viennent. Il est donc impératif de ne pas lui donner un légume ou une plante si on est pas sûr de sa non-toxicité. Surtout que certains légumes apparemment inoffensif peuvent s’avérer être très nocifs ! Les plantes tolérées ne doivent être données que rarement avec précaution.

NON TOXIQUES TOXIQUES
Abricot
Aigremoine
Ananas
Aneth
Angélique
Arroche
Artichaut (morceaux de feuilles)
Aulne (feuilles & branchages)
Banane
Basilic
Berce (feuilles et jeunes plantes)
Blé
Bouleau (feuilles & branchages)
Brocoli
Carotte
Céleri (en branche & tubercule)
Cerfeuil
Cerise
Chardon
Charme
Chénopode
Ciboulette
Chicorée
Endive (pain de sucre)
Epinard
Fenouille (feuilles & tubercules)
Fraisier
Framboisier
Fromental
Herbe
Hêtre
Jeunes orties
Kiwi
Lavande
Livèche
Luzerne
Mâche
Maïs
Mangue
Marjolaine
Melon
Menthe
Merisier (feuilles & branchages)
Mûrier
Navet (feuilles)
Nectarine
Noisetier (feuilles & branchages)
Origan
Orme (feuilles & branchages)
Panais
Pastèque
Pêche
Persil
Pissenlit (feuilles)
Plantain lancéolé
Plantain majeur
Poids (tiges & feuilles)
Poire
Pomme
Radis blanc (feuilles)
Radis noir (feuilles)
Raisin frais
Romarin
Sauge
Saule (feuilles & branchages)
Soja (partie verte)
Sorbier (feuilles & branchages)
Thym
Tilleul (feuilles & branchages)
Topinambour
Tussilage
Vesse
Vigne (feuilles)
Achillée millefeuille
Aconit
Anagallis
Anémone
Arum sauvage
Aubergine
Avocat
Belladone
Baies de gui (blanches et rouges)
Betterave rouge
Bouton d’or
Bryone
Camomille
Caoutchouc
Caroubier tendre
Chélidoine
Chêne vert
Chêne rouvre
Tous les types de choux
(provoque des ballonements)
Ciguë
Clématite sauvage
Colchique
Concombre
Coquelicot
Courgette
Crocus d’automne
Datura
Diffenbachia
Digitale
Epilobe
Euphorbe
Fougère
Gland
Haricots crus
If
Jacinthe des bois
Jonquille
Jusquiame
Laitue
Laurier rose
Laurier blanc
Lin
Liseron
Maïs frais
Mercuriole
Marron d’Inde
Millepertuis
Morelle
Mourron rouge ou bleu
Moutarde
Muget
Navet
Olivier
Orties (jeune)
Pavot
Peuplier
Philodendron
Pin
Pomme de terre (germe)
Pomme de terre crue
Prêle
Primevère
Pseudo-persil
Radis
Renoncule
Rhubarbe
Sapin
Scrofulaire
Sédum blanc
Sédum brûlant
Stramoine
Sumac de Virginie
Sureau
Tomate
Trèfle
Tremble
Troène
Les 3/4 des plantes vertes

Toutes les plantes
aromatiques traitées
(ex : pulvérisation de nitrates)

Tous les fruits traités.

ParAurélie

Le lapin est-il un animal qui vous correspond?

Le lapin est un animal très attachant, il a sa propre personnalité et son propre caractère. Il est intelligent et affectueux. Il est capable de reconnaître son nom et même le nom de ses maîtres, il peut reconnaitre les personnes et distinguer les hommes des femmes. Il est capable d’apprendre des tours et à être propre (voir dans la page éduquer son lapin). Il est curieux et vif. Il peut par conséquent être un excellent animal de compagnie. Par contre, il faut bien prendre en compte tout ce qu’implique d’avoir un lapin comme animal de compagnie avant de franchir le pas pour en adopter un. Il y a beaucoup de préjugés qui sont souvent faux :

1. Le lapin est un animal territorial et il a besoin d’avoir un endroit qui lui soit totalement réservé. Ceci peut être une grande cage, un enclos, le coin d’une pièce…

2. Un lapin n’est pas fait pour vivre en cage. Le lapin s’adapte très bien à la vie en appartement. Le mieux pour lui est de pouvoir rester en liberté le plus longtemps possible. Soit en liberté totale, soit en liberté partielle lorsque vous êtes présent. Il est donc préférable, si vous souhaitez adopter un lapin, que vous soyez disponible et que vous ayez du temps à lui consacré. Les lapins aiment découvrir le monde extérieur et si vous avez un jardin, une terrasse ou un balcon, c’est d’autant mieux. Sinon, des sorties en laisse peuvent convenir (voir la page les sorties).

3. Les lapins peuvent être caractériels. Certains lapins sont dominants et font un peu leur loi.

4. En général, les lapins n’aiment pas qu’on les porte, qu’on les tripote tout le temps, ils préfèrent décider eux-mêmes des moments câlins et il est préférable de les respecter. De plus, il leur faut parfois beaucoup de temps pour vous faire confiance et pour commencer à réclamer des câlins. Il faut être patient.

5. Les lapins étant des proies, ils sont très cardiaques et sujet au stress. Ils ont besoin d’un environnement calme.

6. Certains lapins peuvent être agressifs et mordre si on ne respecte pas leur territoire ou si on les sollicite trop.

7. Le lapin ne s’entend pas forcément avec les autres animaux domestiques (voir la page cohabitation).

8. Le lapin pose souvent problème lors des départs en vacances car il ne peut rester seul que 2 ou 3 jours s’il a suffisamment d’eau et de nourriture. Il faudra soit l’emmener, soit le confier à quelqu’un (voir la page voyager avec un lapin).

9. Avant d’adopter un lapin il faut penser qu’il va engendrer des frais non négligeables pendant toute sa vie pour la nourriture, le foin, la litière, les vaccins et les soins vétérinaires.

10. Le lapin est un animal fragile qui a besoin de soins. Il faut penser qu’il peut tomber malade et que, dans ce cas, il y aura des frais vétérinaires qui peuvent être très chers (d’une 20aine d’euros la consultation jusqu’à quelques centaines d’euros lorsqu’une opération est nécessaire !). En adoptant un lapin vous vous engagez à vous en occuper le mieux possible et à dépenser ce qu’il faut pour le soigner.

11. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le lapin nain n’est pas un animal pour enfants. C’est un animal fragile et caractériel qui a besoin de beaucoup d’attention et de vigilance. Ce n’est pas un jouet, il n’aime pas être porté et tripoté en permanence, il peut même devenir agressif et mordre ! Il doit toujours être sous la responsabilité d’adultes et, s’il vit avec de jeunes enfants, rester sous surveillance.

12. Le lapin est un animal qui peut faire des dégâts dans une maison : grignoter les fils électriques, les meubles, les angles des murs… s’il n’a rien à disposition pour limer ses dents. Il faut prévoir de sécuriser les pièces où le lapin a accès (voir la page les sorties).

13. Le lapin peut apprendre à être propre mais il peut « s’oublier » ou marquer son territoire un peu partout dans la maison.

14. Le lapin peut être actif la nuit. C’est a prendre en compte si vous vivez en studio ou si vous comptez l’installer dans une chambre et que vous avez le sommeil léger

15. Adopter un lapin est un engagement pour 10 ans !

Adopter un lapin n’est donc pas une décision à prendre à la légère. Elle doit être murement réfléchie.